• critique
  • critique

Comment gérer efficacement la critique et le regard des autres

Classé dans : ACCUEIL, MENTAL | 6

critiqueComment gérer efficacement la critique et le regard des autres

Cet article peut être écouté ou téléchargé en mp3 en cliquant ici.

 

A-  ” Venez comme vous êtes “ :

 

 

Ah le regard des autres… Rares sont ceux qui n’y sont pas sensibles.
Cela dit, je tenais aujourd’hui à vous partager une histoire qu’un ami m’a racontée il y a plusieurs dizaines d’années et qui m’a marquée. Je la raconte souvent à mes enfants.

 


C’est l’histoire d’un vieux monsieur qui décide d’aller au marché en compagnie de son petit-fils. Ils font leurs courses et s’apprêtent à rentrer chez eux. Le grand-père charge les courses sur le dos de l’âne qu’ils avaient emmené et commence à s’avancer sur le chemin. Ils rencontrent un groupe de gens qui se raillent d’eux :

 

« Regardez ces deux-là, ils sont bêtes, ils ont une monture mais ils marchent à côté. »

 

Le grand-père réfléchit et se dit qu’en effet, la route étant longue, il serait judicieux de mettre son petit-fils sur le dos de l’âne. Il porte donc l’enfant et l’assoit confortablement sur le dos de la bête. Ils font ainsi un bout de chemin et rencontrent un autre groupe de gens qui s’écrient :

 

«  Regardez ce pauvre grand-père exténué pendant que son petit-fils est confortablement assis. C’est une honte ! Ah les jeunes de maintenant, ce n’est plus que ce que c’était …

 

Le grand-père s’interroge et se dit qu’en effet, il commence à être bien fatigué et qu’ils ne sont encore qu’à la moitié du chemin. Il fait donc descendre son petit-fils et prend sa place sur le dos de l’animal. A peine l’échange effectué, ils croisent un autre groupe de gens :
«  Oh le pauvre enfant, mon Dieu, il doit être bien fatigué. Son grand-père est bien égoïste de le laisser faire ainsi la route à pied sous cette chaleur.

 

Cette fois, le grand-père énervé décide d’asseoir avec lui son petit-fils sur l’âne et ils reprennent leur périple. La route étant bien sûr très fréquentée, il ne se passe pas longtemps avant qu’ils ne rencontrent un autre groupe, scandalisé :
«  Mon Dieu, mais la pauvre bête, vous n’y pensez pas. Tout ce poids ! C’est vraiment inhumain !

 

Moralité de l’histoire : quoi que vous fassiez, vous serez de toutes façons critiqué. Alors faites ce que vous avez envie de faire, soyez vous-même, soyez qui vous avez envie d’être et éclatez-vous. Vous ne ferez de toutes façons jamais l’unanimité.

 

 

 

B- Apprenez à aimer la critique :

 

 

Pour 2 raisons :

 

La première : si vous êtes critiquée, c’est que vous ne laissez pas indifférente. Prenez l’exemple des gens timides, rasant les murs, épaules voûtées, tête baissée, regard fuyant ou par terre, qui ne s’expriment jamais en dehors des politesses minimales. Ces gens-là, personne ne les remarque, personne ne leur adresse la parole et personne ne s’occupe d’eux ou ne les critique et c’est l’effet recherché.

 

Si vous êtes critiquée, c’est déjà qu’on vous remarque et c’est un bon point. Et c’est aussi que vous impactez un minimum votre environnement. Je prends un autre exemple : les blogs ou les vidéos sur Youtube. Au début, il n’y a que votre mère pour vous lire ou vous regarder mais dès que vous commencez à avoir un peu de succès, les loups sortent du bois. Vous commencez à déranger certaines personnes et les critiques négatives se font sentir. Et les formateurs incitent d’ailleurs à célébrer la première critique négative.

 

Pareillement, beaucoup de stars le disent, que ce soit en bien ou en mal, le but, c’est qu’on parle d’elles. Bien ou mal, c’est toujours de la publicité gratuite. Il y aura toujours leurs fans pour les défendre.

Et il suffit qu’un livre se fasse lyncher au journal de 20h pour qu’il soit en rupture de stock bizarrement. Et peu importe que les critiques soient dures, vous n’avez pas envie que personne ne vous remarque et ne fasse attention à vous. L’amour, les relations font partie des 4 principaux besoins humains, c’est ainsi.

 

 

La deuxième raison et la plus importante, c’est que seuls la critique et les challenges aident à évoluer. On évolue dans l’adversité uniquement. La critique est là pour vous apprendre à gérer colère et émotions et à savoir vous remettre en question. Je parle bien sûr de critiques constructives et non pas de méchanceté gratuite ou des gens haineux de naissance, là ce sont eux que ça regarde, il est donc inutile d’aborder le sujet.

 

La majorité des gens sont finalement assez hypocrites. Rares sont les gens qui oseront vous dire vos 4 vérités en face ou même une seule, ça serait déjà bien. Mais lorsque vous rencontrez quelqu’un qui est capable de faire ça pour vous, en toute sagesse, sans que la personne n’en tire aucun bénéfice (je ne parle donc pas des multiples reproches dans le couple) alors remerciez Dieu ou qui vous voulez et accrochez-vous bien à cette personne parce que ce sont ces personnes qui nous permettent de grandir. Ravalez votre égo et apprenez à écouter ce que les gens vous disent, c’est la seule façon de devenir la meilleure version de vous-même et d’aller chercher ces millimètres qui font la différence. Parce qu’entre l’échec et la victoire, il n’y a souvent que quelques millimètres.

 

 

 

Si vous avez aimé cet article ou si vous pensez qu’il peut intéresser quelqu’un de votre entourage,n’hésitez pas à le partager et à vous abonner afin d’être prévenue dès la parution d’un nouvel article et ainsi profiter de mon tout nouveau bonus, “ Reprendre confiance en soi après une rupture “.

Steph. K

 

PS : si vous voulez devenir experte dans l’art de la communication et clouer le bec aux gens difficiles, violents ou agressifs, cliquez ici

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

6 Responses

  1. Taha

    J’ai aimé ton article et l’histoire de l’âne !
    “A plaire à tout le monde, on finit par plaire à n’importe qui ! ”
    La première personne à qui on devrait plaire avant tout … c’est nous-même !
    C’est important d’en avoir conscience afin d’amorcer les premiers changements qui nous mènent vers une vie plus affranchie du regard des autres.

    • Stephanie Koffi

      Tout à fait. Qui qu’on soit, quelque soit les masques que l’on porte, on sera rejeté au même titre qu’on sera aimé alors autant être qui on a envie d’être et se dire “je suis qui je suis, peu importe ce que les gens disent “. Ils diront toujours quelque chose de toutes façons. Pour certains, c’est même devenu un passe temps alors mieux vaut les plaindre au lieu de s’en offusquer. C’est que leur vie ne doit pas être bien passionnante pour en arriver à s’occuper comme ça.

  2. Marie-Lys Guérin

    Bonjour Stef ! J’ai beaucoup aimé ton article. Je suis quelqu’un qui a parfois du mal à accepter la critique. Mais plus je vieillis plus j’essaie de prendre les choses comme “c’est que je ne laisse pas indifférente !”. J’essaie également de prendre du recul avec ce que l’on me dit afin d’en prendre ce qui pourrait me faire évoluer et grandir de façon positive sans tout de suite me braquer !
    C’est ça aussi la maturité et savoir mettre son égo de côté 🙂 merci pour cet article !
    Belle journée !

    • Stephanie Koffi

      Merci beaucoup Marie Lys pour tes encouragements. A vrai dire, la majorité des gens ont dû mal à accepter la critique. Le plus dur est de se rendre compte que quoiqu’ils fassent, il y aura toujours critique, devant eux ou derrière eux. Alors autant être qui on a envie d’être même si pas toujours facile. Mais comme tu dis avec l’âge, on se rend aussi compte que la critique peut nous faire grandir et qu’au fond, c’est la seule façon d’avancer. Ton état d’esprit est le bon, bien que pas le plus simple.

  3. aline

    Bel article, merci pour ce rappel qui est très juste… mais qu’on a vite tendance à oublier quand la peur des critiques se fait plus forte. Effectivement, avoir peur des critiques peut nous amener à nous éloigner de nous-mêmes et c’est de cela qu’on devrait avoir bien plus peur…

    • Stephanie Koffi

      Exact et pourtant tant de gens font passer leur désir de plaire à la masse bien avant. Mais quant on se soucie du quant-dira-t-on, eh bien on finit par vivre une vie qui n’est pas vécue, une vie qui ne nous correspond pas. Tout ça pour plaire à des gens quand d’autres encore nous critiqueront. A force de vouloir plaire à tout le monde, on finit par ne plaire à personne.

Laissez un commentaire