Comment surmonter ses peurs

Classé dans : ACCUEIL, MENTAL | 3

peurComment surmonter ses peurs

Cet article peut être écouté ou téléchargé en cliquant ici

 

Tout d’abord, qu’est-ce la peur ? La peur, c’est appréhender quelque chose qui pourrait mal se passer dans l’avenir. Mais la peur, comme toutes les émotions désagréables n’est pas quelque chose de négatif en soi. La peur, comme toutes les émotions, nous envoie juste un message. Alors parfois, quand notre sécurité est menacée, le message est de fuir. Mais le plus souvent, la peur va de pair avec le désir et nous indique une opportunité. Quand on a peur, c’est que la chose est importante pour nous sinon on s’en moque totalement.
Alors comment transcender la peur ?

A- Observez

 

Tout d’abord, observez-vous, que se passe-t-il ? Que ressentez-vous dans votre corps ? Avez-vous mal quelque part ? Quels sont les signes qui vous font dire que c’est de la peur ?
Maintenant, une fois la peur identifiée, essayez de mesurer sur une échelle de la peur de 1 à 10 à combien vous êtes.

Ce petit exercice, qui peut paraître inutile et anodin, sert en fait à vous reconnecter à l’instant présent, ce qui est extrêmement important, nous allons voir dans le prochain paragraphe pourquoi.

 

B- Relativisez

 

D’une, autorisez-vous à avoir peur. La peur est souvent associée à tort à de la faiblesse mais tout le monde a peur une fois sorti de sa zone de confort. Et c’est une émotion complètement normale, une émotion parmi tant d’autres sur la palette des émotions. Nelson Mandela disait ; ” le courage, ce n’est pas l’absence de peur, c’est la capacité de la vaincre “.
Alors surtout, ne rejetez pas cette peur parce que ça serait comme mettre un couvercle sur la casserole qui bout et menace de déborder ; au bout d’un moment, elle risque d’exploser et il en sera de même pour vous. Donc vivez pleinement cette peur, observez-la, voyez les effets qu’elle a sur vous et les pensées qui vous viennent.
De  deux, passons justement à l’observation de ces pensées. Qu’est-ce qui vous vient à l’esprit, de quoi avez-vous peur ? Ce serait quoi le pire ? Listez toutes vos craintes mais prenez conscience d’une chose : vos craintes n’existent pas dans le présent. Elles appartiennent au futur. A une projection de vous dans le futur. À l’instant T, ici et maintenant, vos peurs n’appartiennent qu’à vous et rien ne s’est encore produit. Et c’est pour ça que précédemment, j’insistais sur l’importance de s’observer et de se concentrer sur ce qu’on ressent, parce que ça nous reconnecte au présent et que les craintes n’appartiennent pas au présent. Ça permet de s’échapper de ce futur fantasmé même si la peur reste présente.
Maintenant, imaginez le pire qui puisse se produire. Quel en serait l’impact sur vous, sur votre famille, vos amis, sur le monde ? Est-ce que vous pourriez vivre avec ça ou bien ça marquerait la fin de l’existence pour vous ?  Et votre famille, vos amis, pourraient ils assumer les conséquences du pire ? Et le monde, comment s’en portera le monde ?
Imaginons que vous ayez peur d’échouer, peur de parler en public ou peur qu’on se moque de vous puisque ce sont les peurs les plus courantes. Si c’était le cas, votre vie serait elle terminée ? Votre entourage pourrait-il s’en remettre ou serait-il obligé de vendre maison et voiture et émigrer à l’autre bout de la planète ?
Rares sont quand même les cas où on peut répondre oui à ces questions. Et si c’est le cas, n’hésitez pas à me contacter via le formulaire de contact, je vous offre une séance de coaching gratuite.
Tout ça pour dire que si on prend le temps d’analyser tranquillement ses craintes et de relativiser, on se rend compte que même s’il advenait le pire, dans la majorité des cas, à part une bonne humiliation et un ego qui se prend une bonne claque, on en sortirait VIVANT. Ce que je dis toujours à mes enfants avant de monter dans un manège à sensations fortes d’ailleurs. C’est normal d’avoir peur mais dans tous les cas, on s’en sortira vivant. Ou presque dans le cas de ces manèges mais ça, je le garde pour moi.

 

C- On respire et on prend la décision 

 

Après ces étapes, on va détendre autant que possible le corps en respirant. Si possible, on se met dans un endroit tranquille, on s’assoit, on ferme les yeux et on se concentre sur notre respiration. On expire en comptant jusqu’à 5 et on inspire en comptant jusqu’à 5 également, le tout pendant 5 minutes. Vous devriez déjà vous sentir plus détendu au bout des 5 minutes. Ensuite, sautez sur place, détendez vos bras et vos jambes en les secouant.
Et maintenant qu’on voit les choses plus objectivement, on se retrouve face à 2 choix :
1/ je ne réfléchis pas et j’y vais, si possible dans les 2 secondes parce que c’est le temps qu’il faut au cerveau pour mettre en place  croyances limitantes, excuses bidon, craintes improbables etc.
2/ je repousse à plus tard en mettant en place une série de petits pas avec lesquels je me sens plus à l’aise. Petit pas à difficulté grandissante qui me permettront à terme d’atteindre mon objectif. Et pour éviter la procrastination, je me fixe une deadline (date à laquelle je devrais avoir réussi à mener à bien ce que je me suis fixé).
Et voilà, y a plus qu’à. En espérant vous avoir aidés. N’hésitez pas à me faire part dans les commentaires de vos plus grandes peurs, de vos astuces pour les surmonter ou de celles que vous n’avez pas encore réussies à surmonter.
Je terminerai avec cette magnifique citation de Naguib Mahfouz : «  La peur n’empêche pas de mourir mais elle empêche de vivre ».
Ne la laissez pas contrôler vos vies.
Si vous avez aimé cet article ou si vous pensez qu’il peut intéresser quelqu’un de votre entourage, n’hésitez pas à le partager et à vous abonner en remplissant le formulaire d’inscription sous cet article afin d’être prévenue dès la parution d’un nouvel article et ainsi profiter de mon tout nouveau bonus, ” Reprendre confiance en soi après une rupture “.

Steph. K

PS : si vous voulez devenir experte dans l’art de la communication et clouer le bec aux gens difficiles, violents ou agressifs, cliquez ici

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Incoming search terms:

  • Oui a ses peurs
  • transcender ses peurs

3 Responses

  1. Merci Steph pour cet article très intéressant!
    Oui, la peur est légitime, même si souvent elle part de fantasmes catastrophe. Ce qui est important, comme tu le dis si bien, c’est en effet de l’accueillir, et de ne pas la laisser prendre le pilotage de notre vie!
    Je ne savais pas qu’il suffisait de 2 secondes au cerveau pour réactiver les croyances et les blocages! ça m’impressionne, et en même temps, ça ne m’étonne pas! D’où l’intérêt en effet de prendre des décisions tranchées après s’être centré.
    Bonne continuation! 😉

  2. Oui les peurs sont censées nous prévenir d’un danger, or quand on prend le temps de se poser et de réfléchir, on s’aperçoit que dans la majorité des cas, il n’y a pas de réel danger…Maintenant, si y a le feu, faut quand-même sortir de l’immeuble avant d’écrire la nouvelle et de la poster sur Facebook ! 😉 Ce n’est pas de moi, c’est des minions !
    Pour redevenir sérieuse, la peur est souvent liée à l’EGO, de quoi peut-être alimenter un autre article ?
    Au plaisir de te lire !

Laissez un commentaire