• conflit

Comment mieux gérer nos conflits avec les autres

Classé dans : ACCUEIL, MENTAL | 1
crédit photo : géralt
crédit photo : géralt

Comment mieux gérer nos conflits avec les autres

Cet article peut être écouté ou téléchargé en mp3 pour l’écouter où vous le voulez en cliquant ici.

 

Des conflits, on en a eu et on aura toujours, que ce soit dans le couple ou ailleurs.  Le conflit a souvent une connotation négative alors qu’en fait, il n’est là que pour redéfinir les limites et créer du lien quand le besoin s’en fait sentir. Mais pour éviter d’être engloutie et de laisser la haine nous consumer, il est nécessaire de le regarder avec les bonnes lunettes.

 

1- Prenez votre responsabilité

 

Tout d’abord, dans un conflit, il est nécessaire de prendre sa responsabilité. Il est en effet souvent plus facile de tenir l’autre pour responsable des sentiments qui nous assaillent.

 

Or l’autre ne nous rend pas triste ou en colère ou autre. Certes, il agit et il dit mais nous sommes à 100% responsable du pouvoir que les gens ont sur nous. Imaginez qu’on vous fasse demain 1 chèque d’un million. Je pense que quelles que soient les critiques ce jour-là, elles glisseront sur vous comme l’eau sur la roche. Et pourquoi tel autre jour, la moindre petite remarque, même la plus anodine, va vous plonger dans une rage folle ?

 

Parce que c’est nous qui décidons d’être touché ou non tel ou tel jour et de prendre les choses plus ou moins mal, les gens ne nous font rien. Ils ne nous font pas souffrir, ils ne nous blessent pas ou autre. C’est nous qui décidons que tel propos ou actes nous fait souffrir et nous blessent. Et ceci est directement proportionnel à notre état de bien-être. Mieux on est dans sa tête et moins les choses nous touchent. Et pareillement, on est responsable de notre bien-être, on a le pouvoir sur nos pensées et les histoires qu’on se raconte à propos de ce qu’il se passe.

 

Alors identifiez toutes les choses qui vous font vous sentir bien et faites les le plus souvent possible. Surveillez vos pensées et stoppez net toutes pensées négatives ou tous les scénarios qu’on peut imaginer et qui nous minent le moral. Faites de l’exercice aussi, ça contribue à notre bien-être et l’effet est directement palpable après une séance. On a de suite l’impression que nos problèmes se sont envolés, ou du moins, ils paraissent carrément moins pesants.

 

Mais en tout cas, rappelez-vous que les autres n’ont pas le pouvoir de nous rendre tristes ou quoi que ce soit d’autre. C’est nous qui nous attristons. Et c’est nous qui décidons de l’histoire qu’on l’on peut se raconter autour de ça, à base bien souvent de ” s’il dit ça, c’est qu’il ne m’aime pas, il se moque de ce que je pense…” et autres joyeusetés.

 

2- Mettez vous à la place de l’autre

 

D’après un proverbe indien ” ne jugez jamais quelqu’un avant d’avoir passé 3 lunes dans ses chaussures “. En effet, c’est humain, on est prompte au jugement et on juge quiconque n’est pas en accord avec nos valeurs et nos croyances sans chercher midi à quatorze heures. Mais on ne sait pas ce que les gens ont vécu bien souvent et peut-être qu’à leur place, avec leur passé, leur enfance et leurs blessures, on aurait fait bien pire.

 

J’ai lu un jour une histoire que je vous ai déjà raconté dans un autre article. Celle d’un homme dont les enfants faisaient du bruit dans les transports en commun et les autres passagers ne pouvaient pas dormir. Au bout d’un moment, un passager plus enhardi se décide à aller voir l’homme pour lui faire part de sa façon de penser sur l’éducation de ses enfants. Après que le passager lui ait fait part de son ressentiment, l’homme lui répond : ” Oui, je sais ils font du bruit mais leur mère est morte aujourd’hui et honnêtement, je ne sais pas quoi leur dire; ”

 

Comment pensez-vous que l’homme s’est senti après ça ? Alors en effet, parfois et même souvent, il peut valoir la peine de se dissocier et d’imaginer ce que l’autre peut bien vivre. Et c’est des fois à des années-lumière de ce qu’on pourrait imaginer. Et tout est à prendre en compte ; ce qu’il vit actuellement, son passé, ses angoisses, son éducation, son entourage etc. Et pour ça, ça demande de bien vouloir sortir de notre petit ego 2 minutes, se dissocier vraiment de nos valeurs et pensées du moment pour essayer de se plonger au maximum dans celles de l’autre et rentrez dans sa vie et dans son vécu. Ça permet de voir la situation sous un autre angle et les résultats peuvent être tout à fait surprenants. En tout cas, ça peut valoir le coup de tester.

 

3-  Respirez et faites une pause

 

Lorsqu’on se sent émotionnelle dans un conflit, il peut être nécessaire de respirer tranquillement afin de continuer à faire circuler l’énergie, ne pas se raidir et rendre toutes réflexions plus difficiles encore. Un conflit n’a pas l’obligation d’être géré dans l’instant et ça vous laissera l’opportunité de vous plonger dans le point de vue de l’autre.

 

Et il peut aussi souvent être utile de quitter les lieux pour ne pas envenimer les choses quand on se sent que l’on perd pied ou que l’autre perd pied. Rien de bon ne peut découler de la colère. Alors parfois, sortir, aller marcher, prendre une douche ou dormir ne peut faire que du bien à nous-même d’une part mais à la relation d’autre part. Comme dit le proverbe ” on ne retient pas la flèche que l’arc a déjà tirée. ” Tout ce que vous direz sous le coup de la colère, la haine, la vengeance ou même la tristesse ne servira qu’à endeuiller un peu plus la relation. Tellement de gens regrettent des propos sortis sous le coup de l’émotion...

 

Voilà, alors la prochaine fois que vous aurez un conflit, pensez à ces 3 clés et testez par vous-même la différence que ça peut faire dans sa résolution. Et si comme moi, vous avez tendance à les fuir et les détester comme la peste, n’oubliez pas qu’ils sont nécessaires à toutes relations pour rééquilibrer les choses et définir les limites. Point de relation sans conflits, ainsi va la vie.

 

Steph. K

 

Si vous avez aimé cet article ou si vous pensez qu’il peut intéresser quelqu’un de votre entourage, n’hésitez pas à le partager et à vous abonner en remplissant le formulaire d’inscription sous cet article afin d’être prévenue dès la parution d’un nouvel article et ainsi profiter de mon tout nouveau bonus, ” Reprendre confiance en soi après une rupture “.

 

PS : si vous voulez devenir experte dans l’art de la communication et clouer le bec aux gens difficiles, violents ou agressifs, cliquez ici

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Incoming search terms:

  • comment clouer le bec a qqn qui cherche le conflit

One Response

  1. Abdou Khadre DIAKHATE

    Quand vous êtes en conflit avec quelqu’un, il faut se mettre à sa place. Et se demander pourquoi il est en colère contre moi, et si j’étais à sa place est ce que je ne ferais pas comme lui. Prendre sa responsabilité comme tu le dis.

    Et si l’autre fait la même chose, il est fort probable que vous allez vous réconcilier.

    Merci pour cet article Steph.

Laissez un commentaire